L’exceptionnelle ouverture du château de Saumane

A l’occasion de l’ouverture exceptionnelle du château de Saumane (26 & 27 novembre, 3 & 4 décembre), Marquis de Sade  vous propose de partir pour Saumane de Vaucluse à la découverte de la plus secrète des résidences du Divin Marquis.

Contrairement à Lacoste ou Mazan, le château de Saumane est parvenu au XXIème siècle tel qu’il était à l’époque du Marquis. Paradoxalement il demeure un sujet d’étude quasi inédit. Encore peu documenté, son histoire incomplète forme un jeu de piste jalonné d’anecdotes et de clin d’œil historiques. Dès lors, il est difficile d’en extraire un récit cohérent sans tomber dans l’ennui d’un cours magistral. Pour échapper à ce piège, nous avons fait appel à un guide.

Ce n’est ni un historien, ni un biographe, ni un universitaire. Partons à la rencontre d’un passionné, qui a le privilège de veiller sur le Château de Saumane.

Fabien Quezel-Perron connaît le moindre recoin du domaine, depuis les cellules sombres creusés dans la roche jusqu’à la toiture irradiée par le soleil du midi. Au sein de la Communauté de Communes1 gestionnaire des lieux, il accompagne depuis dix ans le renouveau du château. Impliqué, tant dans les travaux de conservation, que dans les études qui les accompagnent, il collecte méticuleusement les indices qui permettront un jour de révéler toutes les splendeurs du château de Sade Saumane.

Fabien, avant de débuter notre balade, il faut dire à nos lecteurs que nous nous connaissons depuis près de trois ans. Durant cette période, nous avons plusieurs fois envisagé d’évoquer Saumane dans nos pages, sans que jamais cela ne se réalise. Pourquoi avoir tant attendu ?

Jusqu’à présent nous possédions trop peu d’éléments avérés pour appuyer le récit de Saumane. D’ailleurs vous le comparez, à juste titre, à un jeu de piste.

Suite à ma première visite en 2007, je me suis lancé à la recherche d’informations sur internet. Première déconvenue. Après avoir essayé des dizaines de mots clés, aucun résultat significatif.  Les heures d’exploration Google, puis le bouche à oreille m’ont tout de même amené à rencontrer des historiens amateurs, d’anciens occupants du château ou encore des passionnés du Marquis.

Lors de ces rencontres, souvent de nouvelles pistes s’ouvraient. Parfois les informations convergeaient ou bien se recoupaient. A force de recueillir des témoignages et de la documentation en tout genre, est apparu un historique. Composée d’anecdotes et de fragments de récits, l’histoire du château demeurait mystérieuse, discontinue et peu fiable.

Ce sont les travaux de rénovation entrepris par la Communauté de Communes en 2011 qui ont permis de relancer l’enquête. Sous l’impulsion du Conservateur Régional des Monuments Historiques, la DRAC2 a soutenu la réalisation d’un schéma directeur puis d’une étude historique et documentaire. Ce travail d’experts étaye ce qui n’était jusqu’ici que des hypothèses. Désormais, on peut établir une chronologie des grandes phases de construction. Des découvertes et des archives inédites révèlent une succession de programme architecturaux novateurs. C’est l’enchevêtrement de ses ambitions souvent contrariés qui donne à Saumane son caractère singulier.

Il aura donc fallu presque dix ans pour construire un fond documentaire suffisamment conséquent et fiable. Sans ce travail de fond, il me semblait malhonnête d’évoquer publiquement le château de Saumane. D’autre part, en raison des travaux, le château ne pouvait accueillir le public. Depuis ma rencontre avec Saumane je m’investis pour que le château ouvre ses portes. Outre l’envie de partager le charme du lieu, j’aimerais que les visiteurs ressentent les sensations qui ont fait naître ma passion. J’ai longtemps pensé que celles-ci venaient des émotions que me procurait l’enquête.

Au début, le brouillard de mystères et de légendes était si épais que j’ai parfois eu la sensation d’être un explorateur. Je suivais des pistes sans savoir où elles m’emmenaient. Dans ces conditions l’exaltation peut surgir n’importe quand. Au hasard d’un texte, d’un sondage ou de travaux, apparaît un indice inédit qui questionne et remet en cause ce que vous preniez pour acquis. C’est très excitant. J’imaginais pouvoir restituer ces émotions telle une surprise, comme une offrande en guise de bienvenue. Je préservais cette aventure pour en garantir la primeur aux visiteurs.

C’était une erreur. J’ai eu le privilège de vivre des moments intenses. Mais ce n’est pas l’essence de ma passion. Non, c’était sa conséquence. La réalité c’est que Saumane agit comme un aimant. Son pouvoir d’attraction est indescriptible. Seule l’expérience de la visite est en mesure de le révéler. Et le seul cadeau que je puisse faire aux visiteurs, c’est de les avertir. Venez à Saumane sans fantasme, vierge d’a priori et laissez vous envoûter.

Le château ouvre ses portes après quatre ans de travaux, avec une exposition intitulée “Du château de Saumane à la plume de Sade”. Est-ce que vous pouvez nous dévoiler le programme de cette inauguration ?

Tout d’abord, je dois dire que c’est une ouverture exceptionnelle comparable à une avant-première ou un vernissage Elle aura valeur de test pour la Communauté de Communes. Ces deux week-end, vont nous permettre de roder le dispositif d’accueil en vue de la saison estivale 2017.

Nous avons par le passé organisé de nombreuses manifestations culturelles : théâtres, cinéma de plein air, concerts, expositions. Mais, comme nous venons de l’évoquer, le manque d’informations interdisait toute médiation sérieuse sur le château et son histoire. Pour cette première fois, la collectivité a fait le choix d’une exposition tricéphale.

Une première partie réalisée par une jeune guide, Lisa Nedelec, retrace l’histoire du château. Sur la base des dernières découvertes, Lisa met en lumière les seigneurs de Saumane. Rendez-vous compte, pendant plus de 400 ans, les Sade n’ont eu cesse de satisfaire au serment de leur aïeul Baudet.  En 1451, le Pape Nicolas V lui inféode Saumane, à une condition : qu’il restaure le château, dynamise et protège le village. Un engagement qui, sans interruption, durera jusqu’à ce que les enfants du Marquis de Sade décident de rompre avec tout ce qui touchait de près ou de loin à leur père en disgrâce.

C’est donc le Marquis qui est l’objet de la seconde partie de l’exposition. Elle est l’œuvre de Geneviève Goubier. Auteure d’une thèse intitulée “La vertu à la mode : l’idée de vertu dans le roman français de 1761 à 1789”. Elle raconte à merveille comment d’abord rebutée par la littérature de Sade, elle a ensuite consacré toutes ses études à l’œuvre romantique. Aujourd’hui professeur à l’université d’Aix-en-Provence, elle est présidente de la Société des Études Sadiennes.

Un autre universitaire de renom viendra animer, le dimanche 27 novembre, une conférence sur le Divin Marquis : Michel DELON. Nous sommes très fiers de l’accueillir à Saumane. C’est un excellent ambassadeur.

La dernière partie de l’exposition fait référence à une anecdote connue de la vie du Marquis. Après l’affaire de Marseille, le Marquis, craignant d’être exécuté, quitte précipitamment la Provence pour l’exil. Il supplie alors son amour de toujours de le suivre dans sa fuite. C’est donc en compagnie sa belle-sœur, Anne-Prospère de Launay, qu’il traversera l’Italie plusieurs mois durant. Ce qui est moins connu, c’est que certaines sources du XIXème siècle affirment que c’est à Saumane que vivait sa jeune maîtresse. Ce serait donc de Saumane que les deux amants se sont enfuis pour leur périple Italien. C’est à travers la reproduction de dessins, extraits d’un carnet de voyage de cette époque, que nous rappelons cette anecdote. Une exposition réalisée avec le concours de l’Alliance Française de Bari qui met gracieusement à disposition ces reproductions.

Après avoir fait connaissance avec notre guide, nous vous donnons rendez-vous prochainement, toujours en compagnie de Fabien. Avec qui nous débuterons notre promenade à Saumane.

En attendant, retrouvez plus d’informations sur l’exposition “Du château de Saumane à la plume de Sade” du 26 novembre au 4 décembre, sur les site de la Communauté de Communs du Pays des Sorgues Monts de Vaucluse ou de l’Office de Tourisme  www.oti-delasorgue.fr.

1 Communauté de Communes du Pays des Sorgues Monts de Vaucluse

2 Direction Régionale des Affaires Culturelles

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someoneShare on Google+

Leave a Comment