Mireille Calmel – La Marquise de Sade – Interview

In:

Il y a quelques temps Mireille Calmel, une des plus grandes auteurs française (traduite dans plus de 15 langues et comptant 11 millions de lecteurs), a publié son dernier ouvrage La Marquise de Sade. 

Elle a accepté de revenir pour nous sur le personnage de la Marquise, méconnu mais pourtant central dans la vie du Marquis de Sade.

Qu’est ce qui vous a amené à vous intéresser à la Marquise de Sade ?

La découverte, chez un ami, des lettres du marquis à sa femme. J’ignorai, comme beaucoup je pense, qu’il avait été marié. Les questions sont venues. J’ai cherché les réponses.

La Marquise de Sade est un personnage peu connu et pourtant central dans la vie du Marquis de Sade. Comment avez-vous fait pour cerner ce personnage et développer son caractère ?

J’ai lu et relu les lettres, une biographie sur elle et puis j’ai fermé les yeux. Je me suis demandé comment une femme aussi pieuse et prude qu’elle,  avait pu accepter les vices de son époux et l’aimer, lui, au point, un jour, de se déguiser en homme pour tenter de le faire évader de prison, au point d’avoir sorti en cachette le manuscrit de Justine pour le faire éditer… Ce ne pouvait être que par amour. Il y a forcément eu une vraie et charnelle histoire d’amour entre eux. Je pense que Renée Pélagie de Montreuil n’aurait pu garder son intégrité morale, religieuse et physique si elle n’avait perçu l’humaniste derrière l’auteur scandaleux, le respectueux derrière le débauché. C’est cette vision des choses qui m’a éclairé.

Qu’est ce qui vous a touché dans la Marquise ?

Son extraordinaire modernité. Sa force de caractère et tout à la fois sa candeur et son impertinence. Beaucoup l’imaginent fade, réservée, étouffée par l’ombre dantesque de son époux. Je crois qu’ils se trompent. Sade n’aurait pu aller aussi loin dans ses écrits si elle n’avait pas été à ses côtés.

Pensez-vous que les idées du Marquis de Sade sont toujours au coeur de notre société actuelle ?
Plus que jamais. Je ne crois pas que Sade était fou. Pour moi c’était un dénonciateur des mœurs perverties de son temps. Comment aurait il pu respecter la religion quand, l’abbé de Saumane, son oncle, se livrait à toutes les débauches? Les écrits de Sade sont un miroir de l’agonie d’un peuple torturé par les puissants jusqu’â la mort. 200 ans après, l’industrie et la finance ont pouvoir de vie et de mort sur les nations. Il suffit de regarder les actualités. La violence est partout, religieuse, territoriale, financière…. Quant elle n’est pas gratuite. Et si le marquis de Sade, aujourd’hui, nous renvoyait à notre propre visage, à notre propre réalité? Il rêvait d’une révolution. En sommes nous si loin de nouveau? N’est-il pas temps de se servir de son cri, de sa souffrance, pour redonner du sens à l’humanité? Je reste persuadée que seule la fraternité pourra nous rendre cette liberté et cette égalité que, sur la planète entière, on continue de bafouer.

Mireille Calmel

La Marquise de Sade, XO Editions, à retrouver dans toutes les bonnes librairies.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someoneShare on Google+

Leave a Comment